CES 2015 : Objets connectés, et le recyclage ?

Alors que certains journaux s’émeuvent de la sécurité des données induit par les objets, alors que plus de 18 millions d’objets pourraient apparaitre d’ici à 2020, une question reste tabou pour ces créateurs d’objet: le cycle de vie.

Tandis que plus de 70% des exposants de cette année lors de la Consumer Electronics Show présentent des objets dits << connectés >>, c’est à dire qui sont d’une façon où d’une autre relié à un autre appareil informatique ou directement à Internet, peu de journaliste, blogueurs ou consommateurs ne se préoccupent pas de la fin de vie ou de la toxicité de leurs appareils.

La poste avec des boites aux lettres connectés, des montres connectés, des drones et même des vibro connectés sont à l’honneur cette année mais jamais aucune marque ne communique sur la fin de vie de leurs produits.

Quand Jean-Jacques Goldman chantait les choses afin de dénoncer la surconsommation qui mène inexorablement à une augmentation dunombre de déchets une fois qu’un composant de ces objets ne se casse et qui est irréparable sans avoir à repayer le double du prix de l’objet en question, il ne se doutait pas qu’une nouvelle générations de ces objets reviendrait, avec un monde qui se soucie du « Green IT » sauf lorsqu’il s’agit d’inonder le marché.

Dernière modification: 6 avril 2016

Epistol.info